Ferdinand Bac

4 lettres autographes signées, sans lieu, 1948, 8 pages, à Emilienne Dejeux.

600,00 €
TTC Livraison gratuite en France métropolitaine

Il s'agit d'une lettre authentique.
Cette lettre est accompagnée d'une fiche descriptive comprenant une retranscription.

En détail

4 lettres autographes signées, sans lieu, 1948, 8 pages, à Emilienne Dejeux :

Lettre autographe signée, sans lieu, 3 mai 1948, à Emilienne Dejeux.

Inquiet à l'idée de mourir trop jeune, Ferdinand Bac s'applique très tôt à sa succession. Ainsi, il passera de nombreux jours à préparer les legs destinés aux musées et bibliothèques. Il a également aidé, dans ses derniers jours, Emilienne Dejeux à constituer dans son appartement un musée romantique.

Dans cette lettre, l'artiste âgé de 88 ans, prépare une future exposition sur sa vie et lui demande de « [transmettre] "ces adieux à un monde qui n'est plus le [sien]" en même temps que la collection ».

En janvier 1949, Emilienne Dejeux rejoindra la Société d'Histoire et d'Archéologie des IXe et XVIIIe arrondissements. Dans le procès-verbal de la séance du 7 janvier 1949, le président Paul Yaki lui souhaite la bienvenue en précisant qu'« avec de très nombreux portraits dus au crayon de Ferdinand Bac, [elle] a fait de son petit appartement de la rue de Navarin, n°15, un intéressant musée romantique ouvert à tout le monde. » Ce musée a été rendu possible par le mécénat du collectionneur Georges Foussier.

À propos de musée, l'artiste lui annonce que « la famille du Baron Coudein-Gourgaud (Musée Napoléon-Gourgaud à l'Ile d'Aix) s'interesse vivement à [son] "sanctuaire" ».

En 1952, après la mort de l'artiste, le procès-verbal de la société ajoute que l'on peut voir chez Mme Dejeux, « un curieux petit musée Ferdinand Bac. »

Il mentionne également l'écrivain Maurice Privat, le romancier Maurice Bedel, l'essayiste Gérard Bauër (petit-fils naturel d'Alexandre Dumas père), le collectionneur Georges Foussier...


Lettre autographe signée, sans lieu, [1948], à Emilienne Dejeux.

Très belle lettre dans laquelle il mentionne un futur legs destiné à la Société des gens de lettres et s'inquiète pour la santé de celle qu'il appelle Emily et lui propose de remettre le vernissage à son rétablissement.

Il lui annonce que ses amis parisiens sont déterminés à l'aider, ainsi que son petit musée.

Enfin, il termine sur d'intéressantes considérations : « [...] Finalement on tire, pour son bonheur moral et matériel, plus d'avantage d'une indulgence que d'une rigueur qui refoule des gestes bien intentionnés. « Notre démon c'est notre orgueil » dit St. Augustin [...] Croyez-moi, « Je suis arrivé au port » de la sagesse dernière. Je n'ai plus de désirs matériels ni d'amour propre. Je n'ai plus rien à espérer ni à acquérir si ce n'est la paix avec mon prochain. Les ombres du couchant s'allongent devant moi. »


Lettre autographe signée, sans lieu, [1948], à Emilienne Dejeux.

Soucieux d'aider Emily à constituer dans son appartement un musée romantique, il l'informe que ses amies parisiennes tiennent à aider le Musée. Ils « [pensent] à [elle], à [sa] santé et au mal [qu'elle se donne] pour cet établissement artistique et littéraire. »

Elles veulent bien faire et lui demande de leur faire bon accueil « en face de tant de gentillesse et de sympathie. »

Il mentionne également Jean Barberie (1911-1997), ami fidèle et héritier spirituel de l'artiste.


Lettre autographe signée, sans lieu, 4 mai 1948, à Emilienne Dejeux.

L'artiste l'informe des œuvres confiées au collectionneur Georges Foussier. Il a demandé à Jean Barberie « le Toulouse Lautrec » : « il sera amusant de l'exposer comme une plaisante démonstration du pouvoir dénigrant qui vit dans l'esprit de beaucoup de confrères. Cependant celui-ci a des excuses. Les nains et les bossus ont le droit d'en vouloir aux autres. »

Il lui communique ensuite les dispositions relatives au don que souhaite faire l'une de ses amies parisiennes pour son musée.

Références biographiques
Emilienne Dejeux
Emilienne Dejeux

Emilienne Dejeux, appelée Emily, était une proche de l'artiste Ferdinand Bac.

Plus de lettres...
Ferdinand Bac
Ferdinand Bac

Ferdinand-Sigismond Bach dit Ferdinand Bac ou Bac (1859-1952), est un écrivain, dessinateur, caricaturiste, décorateur, peintre, ferronnier, et lithographe français. Par son père, enfant illégitime, il est le petit-neveu de l'empereur Napoléon Ier.

Plus de lettres...
Caractéristiques
01-669 à 01-672
Type
Lettre autographe signée (L.A.S.)
Date
1948
Nombre de pages
8
Langue
Français
Sujet
Art
Paiements
100% sécurisés
Conseils
personnalisés
Livraison gratuite
en France métropolitaine
Authenticité
certifiée

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus